La France est en retard dans l’innovation agroalimentaire

Les experts mondiaux de la FoodTech (croisement de la filière numérique et des filières agricole, agroalimentaire, distribution) sont réunis depuis ce matin à Londres. Cet événement dure deux jours et le constat est que la France n’est pas championne.

En Europe, l’Allemagne et le Royaume-Uni investissent massivement dans l’alimentation de demain. Pourtant la France est la référence mondiale dans le domaine de la gastronomie et c’est notre pays qui devrait être le référent dans ce domaine.

La foodtech compte 35 licornes (ce sont ces start-up dont la valorisation financière dépasse le milliard d’euros). Dans la production et la transformation, il y a Indigo aux Etats-Unis et YHGlobal en Asie. Il y a Brewdog qui décolle très fort en Écosse, dans un pays de brasseurs historiques. Dans le commerce électronique, Hello Fresh, Zooplus, Ocado et Thehutgroup sont les champions européens. L’innovation est aussi très forte dans la distribution avec des sociétés qui ont marqué l’actualité récemment : Deliveroo, Just eat, Takeaway.com.

La valeur totale de ces licornes représente 169 milliards d’euros, dont 30 milliards pour les start-up européennes.

Il n’y a malheureusement aucune française. Les initiatives se multiplient sur le territoire.

Michelin, Carrefour et Elior Group actifs

Des grandes entreprises françaises sont de solides soutien en matière d’investissements et de partenariats. Les plus actives sont Michelin, Carrefour et Elior Group. Cette dernière a acquis ou investit dans La Belle Assiette, PopChef, TouchAndPlay, Never Eat Alone, Lancer Hospitality. Elior cherche ainsi à se développer dans le management d’hôtel et de restaurant. Michelin est très active dans le “restaurant tech” auprès de Bookatable, Restaurantes.com, Le Fooding, Exotic Systems. Carrefour cible la “nourriture bio” avec So.bio, Bringo, Quitoque.

Cet engagement n’est pas assez fort pour motiver les autres grands groupes et les investisseurs financiers à y aller également. La France totalise seulement 8% des montants investis dans la FoodTech face à l’Allemagne (45%) et au Royaume-Uni (26%).

Comme pour le tourisme, autre secteur où la France excelle, il manque en France des incubateurs d’entreprises innovantes pour assurer le développement économique.

Seulement Paris, Lyon et Dijon accueillent à date les porteurs de projets dans des hôtels d’entreprises spécialisés. Ce n’est pas assez compte-tenu du nombre de projets qui se présentent à l’entrée.

Mais la bataille n’est pas encore perdue. La bonne nouvelle à Londres ce matin a été la mise en avant d’un nouveau fonds d’investissement en France doté de 60 millions d’euros. Il s’agit de Five Seasons Ventures. Nestlé et BPIFrance, notamment, ont investi dans ce fonds.

Crédit photo : Joao Marcelo Marques – Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.